Connecting Networks

Articles taggés avec : bande passante

Bande passante mondiale : débit total de 446 Tb/s

Le jeudi, 05 septembre 2019. Posté dans News Rezopole News LyonIX News GrenoblIX

Bande passante mondiale : débit total de 446 Tb/s

Certes la bande passante internationale augmente mais cela masque une évolution en dents de scie au cours de ces dernières années. C’est en tout cas ce qu’a relevé une étude publiée ce mercredi par l’institut de recherche Telegeography

 

En effet, d’après cette analyse, la bande passante de l’Internet mondial n’a augmenté l’an dernier que de 26 %, soit le taux de croissance annuel le plus faible depuis au moins 15 ans. Même si le rythme ralentit, la bande passante internationale a néanmoins presque triplé par rapport à 2015.

 

Un dynamisme attribué, par Telegeography, en grande partie au continent africain. Avec un taux de croissance annuel composé de 45 % entre 2015 et 2019, il s’agit du continent ayant connu l’augmentation la plus rapide. Le continent asiatique n’est pas en reste puisque son volume de bande passante atteint un taux annuel composé de 42 % au cours de la même période.

 

« Depuis que nous avons commencé à suivre la capacité Internet internationale en 1999, le circuit le plus performant a toujours été entre l’Europe, les États-Unis et le Canada. Cette route a été éclipsée par la route Amérique latine-États-Unis et Canada, qui a connu une explosion de la bande passante », d’après l’institut de recherche.

 

Un changement de paradigme dû notamment à une meilleure intégration des pays du bloc américain, « alors que l’Asie et l’Europe ont une plus grande diversité de connectivité ». Les chercheurs relèvent également que les fournisseurs de contenus ont un rôle de plus en plus important puisqu’ils dominent désormais la constitution des dorsales de l’Internet mondial à travers des câbles sous-marin. Ces derniers reliant les différents pays côtiers de l’Atlantique ou du Pacifique. Au vu des derniers projets de câbles sous-marin transcontinentaux, l’évolution décrite par Telegeography ne semble donc pas prête de ralentir.

 

 

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : Les Echos

 

 

 

 

Un péage pour les géants d’Internet

Le mercredi, 29 mai 2019. Posté dans Archives Rezopole Archives GrenoblIX Archives LyonIX

Un péage pour les géants d’Internet

Les principaux fournisseurs d’accès à Internet français ont établi le classement des plus gros consommateurs de bande passante il y a un an. Ces groupes, comme Google, Netflix, Akamai, Facebook, profitent des tuyaux des opérateurs français sans payer leur juste part.

 

La Fédération Française des Télécoms (FFT) et son président réclament donc « plus d’équité ». En effet, dans une interview accordée au Figaro, Arthur Dreyfuss explique que « 80 % des impôts payés en France par des acteurs du numérique le sont par des opérateurs télécoms français. A certaines heures de la journée, 80 % du trafic des réseaux télécoms est dû à YouTube, Netflix, Amazon et Facebook ».

 

Dans de telles conditions, la FFT propose d’instaurer un péage c’est-à-dire faire payer l’accès aux réseaux des opérateurs français. Ces tuyaux étant extrêmement profitables aux géants américains, les fournisseurs d’accès se demandent quand vont-ils participer au financement des infrastructures ? En effet, les FAI doivent sans cesse investir pour agrandir et améliorer leurs réseaux. Des financements donc lourds pour lesquels les géants d’Internet participent peu voire pas du tout.

 

Cette proposition n’intervient pas au hasard puisque le gouvernement souhaite mettre en place une taxe sur les activités publicitaires des plus grandes sociétés du numérique. Elle devrait être mise en place très rapidement puisqu’elle vient d’être votée par le Sénat.

 

 

 Lire l'article

 

Source : Journal du Geek

 

 

 

 

5G : les fréquences vont manquer aux opérateurs

Le mercredi, 27 mars 2019. Posté dans Archives Rezopole Archives GrenoblIX Archives LyonIX

5G : les fréquences vont manquer aux opérateurs

Afin de lancer la nouvelle génération de réseaux mobiles, les opérateurs doivent se voir attribuer les fréquences d’ici la fin de l’année. Les premières antennes 5G pourront ainsi fleurir et les débits exploser dès 2020.

 

Dans toute l’Europe, la bande phare de la 5G est celle comprise entre 3,4 GHz et 3,8 GHz – soit 400 MHz théoriquement à la disposition des opérateurs pour arroser leurs clients d’Internet ultra rapide.

 

Le seul problème est que, dans l’Hexagone, cette bande est déjà partiellement occupée par des locataires qui n’ont aucune envie de vider les lieux avant la fin de leur bail en 2026. Parmi ces encombrants locataires, on trouve les détenteurs de licences Wimax. Cette technologie radio du début des années 2000 devait offrir le haut débit dans les zones rurales grâce à des antennes radio dédiées.

 

Un ménage s’impose et concerne deux acteurs qui sont assis sur 30MHz chacun : Bolloré Télécom (aujourd’hui Wifirst) dans toute la France et SFR en Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

 

L’Arcep ne peut donc pas révoquer leurs droits d’utilisation, quand bien même les fréquences sont cruciales pour la 5G. Et Bolloré le sait. Il est idéalement placé aujourd’hui pour se refaire. Il lui suffit d’attendre. L’industriel peut s’asseoir dessus jusqu’en 2026, s’en servir lui-même pour faire de la 5G ou encore louer ces fréquences à un tiers.

 

Mais pour ne rien arranger, l’Arcep a encore amputé la bande de la 5G il y a quelques mois. Le gendarme des Télécom a dédié 50 MHz de son stock de 400 MHz au « THD Radio » dans le cadre du plan gouvernemental qui vise à fournir le Très Haut Débit à tous les Français en 2022. Et ce jusqu’en 2026.

 

Du côté de l’Arcep, on assure qu’ « il n’y a pas de difficultés ». Embarrassé, le régulateur expliquait pourtant aux Echos l’été dernier qu’il pourrait bien n’y avoir « que » 280 MHz de spectre à mettre aux enchères… soit 30 % de moins que les 400 MHz identifiés par l’Europe. Depuis l’Autorité étudie ses options mais rien ne bouge.

 

 

 Lire l'article

 

Source : Les Echos.fr

 

 

 

 

Mise à jour du serveur de visio-conférence

Le mardi, 24 janvier 2017. Posté dans News Rezopole News LyonIX News GrenoblIX News EuroGIX

Mise à jour du serveur de visio-conférence

Rezopole continue de mettre à jour son service gratuit de visio-conférence. Grâce à meeting.rezopole.net faites des réunions ou des cours à distance en toute simplicité !

 

Les fonctionnalités sont :

  • son (micro + haut parleurs ou casque ou simple oreillettes de téléphone)
  • image (webcam)
  • partage d'écran
  • partage de document
  • chat

 

Accédez à la solution sur : http://meeting.rezopole.net

 

Grâce au peering local de votre FAI, la visio de Rezopole est accessible dans de bonnes conditions de bande passante et de latence. La visio-conférence de Rezopole est basée sur le logiciel libre, BigBlueButton. Le service est hébergé dans les serveurs de Rezopole.

 

 

 

FaLang translation system by Faboba